L’huile de cannabis est de plus en plus populaire, mais laquelle choisir entre la RSO et les autres?

Il existe trois familles d’huiles de cannabis : La RSO, la CO2 et l’Isolate. Cet article a pour vocation de vous les présenter et de vous orienter dans votre choix en fonction de la méthode d’extraction qui vous convient le plus, ou du produit final qui correspond à vos attentes.

Le cannabis est une plante comprenant une grande quantité de molécules, ayant différentes propriétés. A l’état naturel, les molécules sont présentes sur les fleurs, mais on peut les extraire afin d’en utiliser qu’une partie. Cela permet de se concentrer que sur un principe actif par exemple ou de varier les modes d’utilisations. Ces procédés donnent un produit ayant un taux élevé en cannabinoïdes c’est pourquoi nous les diluons dans de l’huile.

L'huile RSO

La méthode la plus commune est appelée Rick Simpson Oil, en abrégé RSO, du nom de son inventeur. Cette méthode peu coûteuse mais fiable, est facilement reproductible pour les particuliers ce qui a mené à son succès. Techniquement cette huile est faîte pour être consommée pure, c’est-à-dire non dilué dans de l’huile alimentaire car elle a été développée comme cure contre le cancer. Son inventeur gravement atteint de cette maladie, aurait expérimenté des effets bénéfiques non seulement sur les symptômes, mais également sur les tumeurs. Attention cependant, la molécule dont les effets anti-tumeur est étudiée scientifiquement est le THC, et non le CBD, qui est illégal en Suisse.
C’est le procédé que nous avons choisis pour réaliser notre huile de CBD à 10% et 20% de CBD.

Méthode de fabrication

Nous vous proposons ici une méthode qui permet d’obtenir un produit contenant 50-60% de CBD (contre 50-60% de THC dans sa version originelle, car nous n’utilisons pas les mêmes plantes.)

  1. La matière première, soit des fleurs de cannabis moulues, est immergée dans un solvant qui est de préférence de l’éthanol non dénaturé, c’est à dire propre à la consommation humaine. Nous déconseillons tout autre solvant pour ce procédé car des conseils dangereux sont présents sur internet. Nous prescrirons notamment l’utilisation de chloroforme dont des résidus hautement toxiques restent dans le produit final, particulièrement pour les personnes qui ne disposent pas du matériel de laboratoire adéquat.
  2. Une fois le mélange brassé pendant quelques minutes, il faut le filtrer à l’aide d’un filtre fin, type filtre à café. Il faut jeter la matière première.
  3. Le résultat donne un mélange translucide mais vert, à cause de la chlorophylle présente dans la plante de cannabis. Il faut évaporer le solvant afin de ne garder que les molécules de cannabis. Cette étape est particulièrement dangereuse à cause de la très haute inflammation des vapeurs d’éthanol, ou de tout autre solvant. L’éthanol ayant un point d’ébullition très bas, l’évaporation est assez rapide.
  4. Il faut ensuite décarboxyler le produit. Ce processus transforme une partie des cannabinoïdes en une autre molécule ayant les principes actifs recherchés. Le point de décarboxylation dépend d’une molécule à l’autre, et cette étape sera effectuée en fonction du cannabinoïde que nous souhaitons faire ressortir dans notre huile. Il s’agit ainsi de chauffer l’huile à la température souhaitée durant plusieurs minutes.

Avantages

  • L’huile RSO contient pleins de cannabinoïdes et ne se focalise pas sur un seul. C’est ce qu’on appelle « Full spectrum ».
  • C’est la moins couteuse et la plus communément trouvée.

Inconvénients

  • Le ratio entre les différents taux en cannabinoïdes du produit final dépend de la matière première.
  • Lors de l’immersion dans le solvant, il y a éradication des terpènes. Ils jouent un rôle primordiale au niveau du goût mais n’ont pas de propriétés thérapeutiques.

L'huile CO2 supercritique

La dénomination CO2 supercritique désigne un stade chimique où le CO2 est entre sa forme gazeuse et sa forme liquide. Le procédé est relativement similaire à celui décrit plus haut. Cependant, il est impossible de se procurer une machine à fluide supercritique pour un particulier et cela demande des connaissances en chimie très poussées.

Méthode de fabrication

Dans cette méthode le CO2 à l’état gazeux est compressé afin de le rendre supercritique (ni gazeux, ni liquide), et c’est ce solvant qui sera utilisé afin d’extraire les cannabinoïdes de la matière première. Cet état est possible lorsque la pression est de 7,38 MPa avec une température de 31,1 °C. Il est possible en faisant varier précisément la pression et la température, d’extraire les différentes molécules dans le cannabis, et de conserver, séparément, les cannabinoïdes et les terpènes, alors que ces derniers sont simplement détruits lors du processus RSO. C’est ce qui est appelé le fractionnement.

A la sortie des différents robinets, il est commun que les terpènes soient extraits d’un côté, et qu’une matière appelée wax, contenant les différents cannabinoïdes sorte d’un autre. Cette matière épaisse et pleine en matières grasses a un aspect proche d’un miel cristallisé. Elle passe ensuite un processus appelé en anglais winterization afin de le rendre soluble à l’instar du résultat obtenu après la méthode RSO. Ce procédé implique d’immerger la wax dans de l’éthanol, et comme dans le procédé RSO, de le faire évaporer afin de ne garder comme solution qu’un liquide brun foncé. Il est commun pour les laboratoires travaillant avec du CO2 supercritique de purifier le liquide en enlevant la chlorophylle. Cela permt d’obtenir une huile parfaitement claire est pure, contenant un très haut taux de cannabinoïdes et presqu’aucun résidu.

Avantages

  • Cette méthode utilisant du CO2 comprimé est bonne pour l’environnement, et non nocive pour la santé lors de sa fabrication.
  • Le CO2 supercritique, ne dénature absolument pas les molécules présentent dans le cannabis et n’altère pas son goût. Il permet également de conserver les terpènes qui seront rajoutés ensuite dans l’huile, ou dans d’autres préparations. Cela permet de jouer sur le goût du produit final.

Inconvénients

  • Puisqu’il faut faire appel à du matériel de pointe le prix du procédé est plus élevé que pour l’huile RSO

L'huile Isolate

L’Isolate est le résultat d’un procédé chimique qui a séparé la molécule de CBD des autres cannabinoïdes. En forme pure, le CBD est un cristal blanc à la différence par exemple du THC qui est liquide. Si le procédé d’isolation vous intéresse, je vous conseil de vous orienter vers des articles en chimie organique. La base est similaire aux deux premières méthodes développées; il s’agit de pousser l’extraction à l’extrême et de se débarrasser de toutes les impuretés, y compris des autres cannabinoïdes.

L’Isolate ainsi obtenu contient plus de 99% de CBD. Il faut en diluer la quantité choisie dans de l’huile alimentaire pour obtenir un taux de concentration beaucoup plus faible.

Avantages

  • Cela permet d’avoir un produit ne comprenant qu’un cannabinoïde.
  • Produit le plus pur possible.

Inconvénients

  • Ne contient pas les autres cannabinoïdes qui ont différentes vertus.
  • Prix le plus élevé car il comporte les mêmes procédés chimiques que l’extraction au CO2, et d’autres étapes supplémentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *